Après 28 heures de navigation avec du vent soutenu, sans arrêt à la Dominique, nous arrivons tout au Sud de la Martinique. Nous sommes un peu fatigués et la distance entre le très pittoresque rocher du Diamant et le port au fond du cul-de-sac du Marin, nous paraît interminable.

Le rocher du Diamant

Là, toutes les places dans le port sont « sur pendilles », c’est-à-dire qu’il faut amarrer l’arrière du bateau au ponton et qu’il n’y a pas de catway transversal .Nous n’avons pas ces installations en France sur la façade Atlantique donc nous ne sommes pas équipés de la passerelle qui va bien pour descendre…

On fait tous les Shipchandlers du port qui n’en ont pas… Alain réfléchit à une solution alternative. Et alors, on part à pied vers un magasin de bricolage à 2km pour chercher une échelle en alu, des barres alu et des rivets. On trouve tout et on le ramène au bateau et après 2 heures, la passerelle est opérationnelle.

Après 3 jours passés au port durant lesquels on a fait le plein d’eau, on a lavé le bateau, nous partons vers le mouillage de Sainte-Anne qui est à 2 miles seulement. Il y a beaucoup de voiliers mais comme il est très étendu, on n’est pas les uns sur les autres.

Le petit village de Sainte-Anne est mignon et on y trouve ce que l’on a besoin : des vendeuses de fruits et légumes, un Carrefour Express, une laverie et même une mamie « traiteur » qui cuisine un plat différent chaque jour et qui nous offre un planteur le temps qu’elle remplisse copieusement les barquettes.

Toutes les rues du village sont décorées pour Noël, ainsi que les maisons.

Nos amis de GALIC, Chantal et François, nous y rejoignent. Un troisième couple des Croiseurs Médocains, Jean et Hélène, est sur place en location. C’est l’occasion de se faire un resto au bord de l’eau avec ponton privatif pour les annexes.

Sur une journée, on décide tous les deux de faire une balade à pied sur un chemin de randonnée à la pointe Sud de l’île. On emporte les casse-croûte, et hop ! Le parcours est bien ombragé, très agréable avec d’abord un passage en forêt, où on voit beaucoup de crabes de terre, puis un passage au bord de la mangrove et enfin il longe de magnifiques plages de sable blanc.

Notre copain Alain du bateau LE TIVA arrive de sa traversée de l’Atlantique – il est parti le 24 novembre et a mis 19 jours car pas assez de vent – et nous rejoint à son tour au mouillage de Sainte-Anne. C’est le jour de la finale de la coupe du monde de foot au Qatar qui est retransmise au resto où nous accostons avec les annexes.

Le lendemain, nous repartons au port du Marin, ce qui sera plus pratique pour accueillir notre fille qui vient passer les fêtes de fin d’année avec nous. Son séjour sera l’objet du prochain article.