Les 3 bateaux du club des Croiseurs Médocains sont côte à côte dans le port de SADA pour une escale technique car ALTAVELA et LE TIVA ont des soucis de charge des batteries.

Le village de SADA n’a rien de pittoresque mais cette escale nous aura permis, comme nous y sommes restés 4 nuits (dans les ports c’est comme à l’hôtel, on compte en nuits) de rencontrer des gens charmants :

  • Les marinéros (les employés du port) présents pour nous aider à nous amarrer, pour faire les formalités de port (présentation des documents du bateau, assurance, passeports…), pour nous amener au club house – où nous sommes invités à prendre un verre de bienvenue – ils sont là aussi pour nous ouvrir le portillon quand on est chargé, et entre deux arrivées de bateaux, ils préparent des planches qui seront changées sur les pontons…
  • « Monsieur NAVELEC », spécialiste en électricité et électronique de bateaux, compétent et serviable. Il est venu à bord dans la journée, a mesuré avec ses appareils les batteries, et puisqu’il fallait les changer, nous a fait une proposition par mail le soir-même ; commandées à J+1 , réception et montage à J+2 avec une réelle envie de dépanner – en gagnant sa vie, c’est bien normal ! – A noter qu’avec les traducteurs instantanés, plus de barrière de la langue même pour des conversations très techniques.
  • Charmante aussi, la responsable de la boutique ALTAVELA à qui nous avons montré en photo le tableau arrière de notre bateau où est inscrit en grand ALTAVELA, et qui, du coup, nous a offert un sac en tissu marqué ALTAVELA en nous disant qu’elle passerait voir notre voilier en quittant son travail.

Le jeudi 4 août, nous quittons la baie de SADA au lever du jour, passons devant La Corogne, en direction du mouillage de Camarinas.